Nicolas Charlet et Bruno Lavaine

La page Wikipédia de Nicolas & Bruno indique : « Nicolas et Bruno est un duo de réalisateurs, scénaristes, dialoguistes, doubleurs et créateurs français composé de Nicolas Charlet et Bruno Lavaine, tous deux nés en 1970 ». Ce qui est parfaitement exact. On pourrait ajouter qu’ils se sont rencontrés en seconde B, et que depuis ils n’ont jamais cessé de faire des films ensemble.

Leur carrière commence sur Canal+ où ils proposent quotidiennement dans Nulle Part Ailleurs un détournement de films d’entreprise devenu culte, le « Message à Caractère Informatif » (378 épisodes). Ils enchaînent ensuite l’écriture et la réalisation de séries (« Le Bureau » – adaptation française de « The Office »), l’adaptation du roman de Frédéric Beigbeder « 99 francs » pour le cinéma, avant de réaliser leur propres longs métrages « La Personne aux deux personnes », comédie schizophrène à deux voix avec Alain Chabat et Daniel Auteuil, et « Le Grand Méchant Loup » avec le trio Benoît Poelvoorde, Kad Merad et Fred Testot. Ils proposent l’hiver dernier « Vampires en toute intimité » la Version-Française-Originale-Personnelle de « What we do in the Shadows », et « A la recherche de l’Ultra-Sex » un détournement hilarant composé de scènes de dialogues de films pornographiques des années 70, qui après une avant-première retentissante au Palais de Tokyo poursuit une tournée dans les salles et festivals du monde entier. Débordant allègrement les frontières classiques du cinéma, le film rencontre un succès étonnant qui donne lieu aujourd’hui à un Flimvre (livre + film en DVD), où le duo pousse un cran plus loin sa conception hybride et décloisonnée de la création, mêlant roman-photo, portfolio, collaborations artistiques autour de plats et de cocktails Ultra-Sex™ et autres chorégraphies robotiques.
Nicolas & Bruno forment un duo à part dans le paysage cinématographique français, entre comédie exigeante et film d’auteur comique, entre expérimentations et éclats de rires. Un fil sur lequel ils construisent peu à peu une œuvre polymorphe et inclassable qui ne ressemble qu’à eux.

Fervent défenseurs de la recherche esthétique dans la comédie, ils intègrent systématiquement dans la direction artistique de leurs films une réflexion photographique. Lars Tunbjörk, Martin Parr, et même Cartier Bresson figurent dans chacun de leurs cahiers de tendances de préparation de tournages. La photo qui d’ailleurs fut leur premier terrain de jeu au tout début de leur rencontre. C’est donc un retour aux sources qu’ils nous proposent avec cette série « Robot Daft Peunk, First Step On Earth », personnage étrange échappé de leur dernier film qui part à la rencontre de notre planète !

Exposition(s)