Gilles Favier

« Son implication dans l’information, ses relations avec la presse quotidienne, entre autres Libération, ne l’ont jamais empêché de développer des projets personnels qui sont tous liés à son engagement, à sa volonté d’analyser, de questionner, de mettre en doute le monde contemporain. Belfast en pleine guerre, le port du Titanic, l’avait aspiré dans une aventure photographique au long cours. Il en explore toujours et encore les contours à grands coups de voyages et d’amitiés sincères et ce depuis 1982. C’est son grand défaut, il a un mal fou à clore ses histoires…

Il y a fi nalement peu de différences entre son approche du quartier nord de Marseille, cette Renaude sur laquelle il est retourné dix ans après les premières prises de vues pour une série de portraits directs, et sa vision d’un ailleurs qui peut se matérialiser au Brésil. Déterminé à construire un corpus documentaire, il se laisse porter par les rencontres pour les mettre en forme au gré de ses découvertes de personnages qui dessinent des possibles…Il aime la frontalité, l’absence de jeu face à l’objectif, une forme de rigueur qui lui ouvre d’autres libertés. »

Christian Caujolle

Exposition(s):